Boucles d’Oreilles Serpent

Nous ne sommes pas certains du temps depuis lequel les femmes portent des boucles d’oreilles en serpent…

Lire la suite

parce qu’il ne reste plus d’objets de joaillerie anciens communs, à cause de la coutume de faire fondre tous les ornements quand une personne meurt. Il y a cependant des sculptures de temple médiévales montrant des boucles d’oreilles avec des cobras. On peut supposer que les groupes tribaux utilisaient probablement les serpents comme ornements tant qu’ils les adoraient.

Bien que le nom de la boucle d’oreille fasse référence aux serpents, la forme de l’ornement ne ressemble souvent pas beaucoup au modèle original. Et même si le culte du serpent est pratiqué par la plupart des porteurs, il n’est plus consciemment lié à leur parure privée. Le sens et le but du port de l’emblème d’un serpent est oublié. Avec une accentuation variable, l’emblème peut représenter la protection contre la morsure de serpent, le désir de fertilité et de longévité ou indiquer la dévotion au Seigneur Vishnu.

L’histoire d’une population en Inde est souvent révélée par l’altération de la forme d’un type de boucle d’oreille, changements qui se sont produits lors du passage d’un groupe à un autre, mais différent. C’est évident avec le nagali du Rajasthan et du Gujarat, où l’on trouve les formes les plus abstraites de boucles d’oreilles serpent. Les quatre types existants sont d’apparence différente, mais révèlent des conceptions fondamentalement identiques.

Le nagulu de l’Andhra Pradesh du Nord et de l’Orissa du Sud sont les plus anciens en apparence et les moins sophistiqués. Il s’agit d’une simple bobine de fil métallique qui est martelée à plat et ovale à une extrémité, symbolisant la tête du serpent avec capuchon. On croit que ces boucles d’oreilles protègent le porteur contre les morsures de serpent. Une autre raison qui m’a été donnée pour porter un serpent enroulé comme ornement d’oreille était que les serpents sont beaux. Une belle femme est comme un serpent, très venimeuse ; si un homme se comporte mal avec elle, le serpent est censé la protéger.

Les boucles d’oreilles serpent ont finalement été adoptées par d’autres tribus de l’Orissa qui ne pratiquent pas le culte du serpent, comme les Saora. Evidemment, ils n’étaient même pas conscients de l’idée de la forme et ont donc abandonné la tête. Ils portent maintenant de simples spirales en fil d’argent de 10-15 cm de long qui sont vissées dans le lobe distendu. La plupart des Saora ont entre-temps renoncé à porter ce type de boucle d’oreille parce qu’il n’est pas assorti au sari maintenant à la mode qui a remplacé la robe traditionnelle.

Dans le Tamil Nadu, on évite soigneusement de parler irrespectueusement des serpents : le cobra est appelé nalla tambiran « le bon seigneur » ou nalla pambu « le bon serpent ». Les boucles d’oreilles serpent du sud de l’Inde, pambadam et nagavadura, sont les types qui ressemblent le plus aux vrais cobras. Des deux, les nagavadura étaient principalement portés dans les parties nord de la province. Ils sont pratiquement éteints aujourd’hui, alors que les pambadams sont encore portés et produits dans la moitié sud du Tamil Nadu.

La forme unique des deux types de boucles d’oreilles a donné lieu à de nombreuses tentatives d’interprétation dans l’Ouest, des becs d’oiseaux aux selles. Comme me l’ont expliqué les orfèvres de Nagercoil, le pambadam représente sans aucun doute un cobra stylisé, enroulé sur son nid, la tête droite et le capuchon largement étendu.

Le Pambadam est commun dans le sud de l’Inde au moins depuis le 19ème siècle. Le Journal of Indian Art 1891 décrit l’ornement d’oreille « représentant le cobra à capuchon allongé ». Ils sont portés par toutes les communautés à l’exception des brahmanes. On peut encore voir des femmes âgées dans les districts méridionaux du Tamil Nadu et certaines parties du Kerala avec les grandes boucles d’oreilles aux lobes extrêmement distendus. Après 1940, la mode du pambadam s’est apaisée dans de nombreuses régions. Avant, c’était une coutume obligatoire de les porter. Elles ont été données par les parents aux filles avant le mariage comme une démonstration de richesse et de prestige et probablement aussi pour assurer la fertilité, bien que cette explication soit niée par les femmes d’aujourd’hui. Chaque femme connaît exactement le poids d’or de son pambadam : au moins 16 g. Le pambadam n’est pas héréditaire et est vendu ou fondu au décès du propriétaire.

Aujourd’hui, la tendance à la « modernisation » ne peut être négligée. Les filles demandent à leur mère de s’abstenir de porter du pambadam, pour lequel des lobes d’oreille distendus sont nécessaires. Les mères vendent souvent leurs boucles d’oreilles et leurs lobes distendus sont coupés et cousus ensemble pour faire un petit trou qui ne peut contenir qu’un bouton fantaisie.